Voice.Global website

  • Organisation

    Le centre de recherche sur le VIH/sida de l’Université catholique ATMA Jaya (Pusat Penelitian VIH/sida ou PPH) est l’un des 5 centres de recherche gérés par l’Institut de recherche et de développement communautaire (Lembaga Penelitian Dan Pengembangan Masyarakat ou LPPM). LPPM a été créé depuis février, 1er 1997 par le décret n ° 006/i/SK/01/97 de la Fondation ATMA Jaya, tandis que le centre de recherche sur le VIH/sida ou le centre de recherche sur le sida a été créé par le décret no 077/i/SK-ll/04/2010 de la Fondation ATMA Jaya. La PPH se concentre sur la recherche politique relative aux questions liées au VIH/sida, tant au niveau national que local. La PPH est engagée dans l’étude du VIH et du sida depuis le milieu des années 1990. Mais seulement depuis 2010, tous les projets liés au VIH et au sida sont gérés par une seule institution. Parmi les autres préoccupations liées à la santé communautaire, le VIH et le sida est l’une des rares épidémies qui appauvrissent les familles, perturbe la cohésion sociale due à la stigmatisation et à la discrimination, et rend difficile l’intervention en raison de la vie, des croyances culturelles et pratiques qui aident à maintenir un comportement risqué. Par conséquent, les programmes de la PPH se concentrent sur :

    (1) recherche en matière sociale, comportementale et prévention du VIH/sida ;

    (2) recherche opérationnelle et transactionnelle ;

    (3) recherche en politique de santé ; et

    (4) les programmes de développement communautaire qui sont liés aux programmes de lutte contre le VIH/sida pour les personnes vivant avec le VIH, en particulier pour les populations touchées (par exemple, les toxicomanes, etc.).

    • Organisation

      Le centre de recherche sur le VIH/sida de l’Université catholique ATMA Jaya (Pusat Penelitian VIH/sida ou PPH) est l’un des 5 centres de recherche gérés par l’Institut de recherche et de développement communautaire (Lembaga Penelitian Dan Pengembangan Masyarakat ou LPPM). LPPM a été créé depuis février, 1er 1997 par le décret n ° 006/i/SK/01/97 de la Fondation ATMA Jaya, tandis que le centre de recherche sur le VIH/sida ou le centre de recherche sur le sida a été créé par le décret no 077/i/SK-ll/04/2010 de la Fondation ATMA Jaya. La PPH se concentre sur la recherche politique relative aux questions liées au VIH/sida, tant au niveau national que local. La PPH est engagée dans l’étude du VIH et du sida depuis le milieu des années 1990. Mais seulement depuis 2010, tous les projets liés au VIH et au sida sont gérés par une seule institution. Parmi les autres préoccupations liées à la santé communautaire, le VIH et le sida est l’une des rares épidémies qui appauvrissent les familles, perturbe la cohésion sociale due à la stigmatisation et à la discrimination, et rend difficile l’intervention en raison de la vie, des croyances culturelles et pratiques qui aident à maintenir un comportement risqué. Par conséquent, les programmes de la PPH se concentrent sur :

      (1) recherche en matière sociale, comportementale et prévention du VIH/sida ;

      (2) recherche opérationnelle et transactionnelle ;

      (3) recherche en politique de santé ; et

      (4) les programmes de développement communautaire qui sont liés aux programmes de lutte contre le VIH/sida pour les personnes vivant avec le VIH, en particulier pour les populations touchées (par exemple, les toxicomanes, etc.).

    • Projet

      « Oui, je peux ! » le projet est proposé par un consortium qui implique la recherche et l’Institut de développement communautaire de l’Université catholique ATMA Jaya, OPSI – l’Association nationale des travailleuses du sexe) et eRKA ou Yayasan Rumah KITA – organisation communautaire qui s’occupe des enfants marginalisés. « Oui, je peux ! » le projet vise à améliorer la qualité de vie des groupes marginalisés en améliorant leur accès aux services de base et en améliorant le statut économique et social du groupe cible. Le projet offre des innovations grâce à un processus d’habilitation de trente mois. L’une des activités de base comprend la prestation d’un programme de formation professionnelle (la profession choisie dans les secteurs formels tels que les soins infirmiers, l’hospitalité, la profession, la mécanique ou l’automobile, le consultant en santé et beauté, etc.- en fonction de la cartographie) qui seront standardisés, certifiés et reconnus professionnellement dans la communauté. Les programmes d’études certifiés sont enseignés et surveillés par des experts accrédités dans le secteur privé sous la coordination du LPPM (Lembaga Penelitian Dan Pengabdian Masyarakat) et du centre de recherche sur le VIH/sida (PPH UAJ). PPH UAJ est responsable en tant que coordonnateur de projet, car cette institution de recherche a pu démontrer ses capacités à fournir des services durables aux communautés marginalisées. Ce programme de formation professionnelle est exécuté entre 6 et 12 mois. Son orientation sera choisie en fonction des besoins de la communauté et des besoins éventuels du marché. Le programme de formation et son contenu sont revus et supervisés par des personnes très compétentes dans leurs domaines respectifs. Une autre composante importante du projet proposé est appelée activité de réflexion et d’amélioration des compétences. Cette activité comprend un large éventail d’activités qui améliorent l’estime de soi, réduisent l’auto-stigmatisation et inculquent le professionnalisme au sein du groupe cible. Parmi celles-ci, on compte la prestation de formations fondées sur la connaissance, comme les droits de la personne en matière de santé et l’accès à la justice, le leadership et la gestion organisationnelle, la conduite professionnelle et les compétences entrepreneuriales. Les résultats de ce projet seront préconisés aux gouvernements, aux secteurs public et privé, à la communauté. Le plaidoyer est mené dans le cadre d’une collaboration et d’une solution ciblée en conjonction avec d’autres activités tout au long de la chronologie du projet. Le but ultime de ce projet est d’aider chaque participant à être reconnu professionnellement et à bénéficier de l’égalité des chances sur le marché du travail sans discrimination. À la fin de ce projet, une clinique indépendante sera créée pour répondre aux idées de certains participants pour devenir entrepreneurs.

  • Projet

    « Oui, je peux ! » le projet est proposé par un consortium qui implique la recherche et l’Institut de développement communautaire de l’Université catholique ATMA Jaya, OPSI – l’Association nationale des travailleuses du sexe) et eRKA ou Yayasan Rumah KITA – organisation communautaire qui s’occupe des enfants marginalisés. « Oui, je peux ! » le projet vise à améliorer la qualité de vie des groupes marginalisés en améliorant leur accès aux services de base et en améliorant le statut économique et social du groupe cible. Le projet offre des innovations grâce à un processus d’habilitation de trente mois. L’une des activités de base comprend la prestation d’un programme de formation professionnelle (la profession choisie dans les secteurs formels tels que les soins infirmiers, l’hospitalité, la profession, la mécanique ou l’automobile, le consultant en santé et beauté, etc.- en fonction de la cartographie) qui seront standardisés, certifiés et reconnus professionnellement dans la communauté. Les programmes d’études certifiés sont enseignés et surveillés par des experts accrédités dans le secteur privé sous la coordination du LPPM (Lembaga Penelitian Dan Pengabdian Masyarakat) et du centre de recherche sur le VIH/sida (PPH UAJ). PPH UAJ est responsable en tant que coordonnateur de projet, car cette institution de recherche a pu démontrer ses capacités à fournir des services durables aux communautés marginalisées. Ce programme de formation professionnelle est exécuté entre 6 et 12 mois. Son orientation sera choisie en fonction des besoins de la communauté et des besoins éventuels du marché. Le programme de formation et son contenu sont revus et supervisés par des personnes très compétentes dans leurs domaines respectifs. Une autre composante importante du projet proposé est appelée activité de réflexion et d’amélioration des compétences. Cette activité comprend un large éventail d’activités qui améliorent l’estime de soi, réduisent l’auto-stigmatisation et inculquent le professionnalisme au sein du groupe cible. Parmi celles-ci, on compte la prestation de formations fondées sur la connaissance, comme les droits de la personne en matière de santé et l’accès à la justice, le leadership et la gestion organisationnelle, la conduite professionnelle et les compétences entrepreneuriales. Les résultats de ce projet seront préconisés aux gouvernements, aux secteurs public et privé, à la communauté. Le plaidoyer est mené dans le cadre d’une collaboration et d’une solution ciblée en conjonction avec d’autres activités tout au long de la chronologie du projet. Le but ultime de ce projet est d’aider chaque participant à être reconnu professionnellement et à bénéficier de l’égalité des chances sur le marché du travail sans discrimination. À la fin de ce projet, une clinique indépendante sera créée pour répondre aux idées de certains participants pour devenir entrepreneurs.

Dénonciateur

Voice s'engage à fournir un milieu rassurant remplis d'intégrité et de respect pour TOUS les personnes ainsi que pour les ressources financières.

Cliquez ici pour plus d'information sur notre politique et le processus de denonciation