Voice.Global website

  • Organisation

    Jonam Youth Development Initiative (JOYODI) est basée à Kapita, le long de la route de Wadelai. L’organisation a 8 ans d’expérience dans l’identification et la prise en charge des besoins de santé communautaire. JOYODI fournit des services de prévention et d’atténuation du VIH depuis 2009 dans le conseil municipal de Pakwach et le sous-comté de Panyango.

    JOYODI améliore la sensibilisation individuelle sur la violence basée sur le genre (VBG) et les voies existantes pour rechercher un soutien en organisant des événements de sensibilisation communautaire. Avec plus de 30 bénévoles villageois, JOYODI a créé un système de référence qui suit et rapporte les VBG et d’autres cas de santé dans les communautés rurales du sous-comté de Panyango.

    • Organisation

      Jonam Youth Development Initiative (JOYODI) est basée à Kapita, le long de la route de Wadelai. L’organisation a 8 ans d’expérience dans l’identification et la prise en charge des besoins de santé communautaire. JOYODI fournit des services de prévention et d’atténuation du VIH depuis 2009 dans le conseil municipal de Pakwach et le sous-comté de Panyango.

      JOYODI améliore la sensibilisation individuelle sur la violence basée sur le genre (VBG) et les voies existantes pour rechercher un soutien en organisant des événements de sensibilisation communautaire. Avec plus de 30 bénévoles villageois, JOYODI a créé un système de référence qui suit et rapporte les VBG et d’autres cas de santé dans les communautés rurales du sous-comté de Panyango.

    • Projet

      Le projet Equal Voices, Equal Rights cherche à remettre en cause et à déconstruire les barrières socioculturelles, politiques et économiques qui entravent la capacité des femmes mariées à réaliser leur plein potentiel au sein du conseil municipal de Pakwach. La violence basée sur le genre (VBG) est un problème grave en Ouganda dans son ensemble, mais plus particulièrement dans les zones rurales.

      Selon le ministère du Genre, du travail et du développement social, plus de femmes (39%) ont souffert des effets de la VBG par rapport aux hommes (11%). Ceci est encore plus fréquent dans le cadre du mariage (62 %). Les formes courantes de VBG dans le district de Pakwach concernent la défloration, les agressions, le viol, les menaces de violence, la négligence des enfants, la privation de propriété, l’héritage des veuves, les relations sexuelles matrimoniales forcées et le mariage précoce forcé. Ces abus sont principalement alimentés par la mentalité patriarcale de notre société qui a conduit au déséquilibre du pouvoir entre les hommes et les femmes.

      Le projet a pour vision un partenariat et une collaboration accrus avec toutes les parties prenantes clés pour lutter contre les VBG, la formation des dirigeants communautaires pour qu´ils soutiennent le plaidoyer contre les VBG, la création d´une plate-forme pour permettre un dialogue trimestriel ou semestriel avec toutes les parties prenantes sur les VBG, une meilleure orientation et un soutien pour les survivantes ainsi que la planification d´action collective pour une meilleure prévention des VBG.

  • Projet

    Le projet Equal Voices, Equal Rights cherche à remettre en cause et à déconstruire les barrières socioculturelles, politiques et économiques qui entravent la capacité des femmes mariées à réaliser leur plein potentiel au sein du conseil municipal de Pakwach. La violence basée sur le genre (VBG) est un problème grave en Ouganda dans son ensemble, mais plus particulièrement dans les zones rurales.

    Selon le ministère du Genre, du travail et du développement social, plus de femmes (39%) ont souffert des effets de la VBG par rapport aux hommes (11%). Ceci est encore plus fréquent dans le cadre du mariage (62 %). Les formes courantes de VBG dans le district de Pakwach concernent la défloration, les agressions, le viol, les menaces de violence, la négligence des enfants, la privation de propriété, l’héritage des veuves, les relations sexuelles matrimoniales forcées et le mariage précoce forcé. Ces abus sont principalement alimentés par la mentalité patriarcale de notre société qui a conduit au déséquilibre du pouvoir entre les hommes et les femmes.

    Le projet a pour vision un partenariat et une collaboration accrus avec toutes les parties prenantes clés pour lutter contre les VBG, la formation des dirigeants communautaires pour qu´ils soutiennent le plaidoyer contre les VBG, la création d´une plate-forme pour permettre un dialogue trimestriel ou semestriel avec toutes les parties prenantes sur les VBG, une meilleure orientation et un soutien pour les survivantes ainsi que la planification d´action collective pour une meilleure prévention des VBG.

Dénonciateur

Voice s'engage à fournir un milieu rassurant remplis d'intégrité et de respect pour TOUS les personnes ainsi que pour les ressources financières.

Cliquez ici pour plus d'information sur notre politique et le processus de denonciation
Disclaimer