Voice.Global website

DE MENAGE A MOTO AMBULANCE

De Menage à Moto Ambulance au Mali

Par DIA Kadidia Tangara, Chargée de Communication, Accountability Lab, Facilitateur de Lien & Apprentissage Mali

Faire la promotion du genre dans le système du transport pour la référence évacuation dans les centres de santé, c’est justement cette innovation que l’ONG PIEACPD, (Plateforme d’Initiatives, d’Expertises en Éducation et d’Appui à la promotion des Collectivités Décentralisées) veut développer avec le soutien d’une subvention Innovation et Apprentissage.

Cette opération a commencé dans le Centre de Santé Communautaire de Samine dans la commune de Ségou. Mariam Diarra est l’une des premières à recevoir cette opportunité.

Le problème: la fistule

La fistule survient lors des accouchements laborieux et plus souvent dans les zones rurales où il y a un manque accru de personnel médical qualifié.

Les causes sont entre autre, la mauvaise gestion du premier retard, les pratiques néfastes sensibles au genre (la telles que l’excision, le mariage précoce, le recours tardif aux soins de santé, la pauvreté, l’inaccessibilité géographique aux services de santé, l’âge maternel précoce (moins de 18 ans) et la malnutrition.

Les conséquences de la fistule obstétricale sont par exemple la lésion, la perte d’enfants, l’exclusion sociale, la marginalisation, l’isolement, l’exclusion religieuse, l’abandon par le mari, le divorce, la séparation de corps, la réduction du temps du travail et du pouvoir d’achat et le traumatisme psychologique entre autres.

Pour ONG PIEACPD la sauvegarde du bien-être social, c’est aussi un accès de tous aux soins de santé de qualité y compris en matière de santé de la reproduction et dont les fistules obstétricales sont un axe majeur, l’ONG s’attèle désormais.

Mariam Diarra au centre deux autres femmes conductice. La conductrice de motoambulance Ramata Darra au lieu deux autres femmes conductrices
Mariam Diarra au centre deux autres femmes conductice. La conductrice de motoambulance Ramata Darra au lieu deux autres femmes conductrices

L’histoire de Mariam Diarra  

Mariam, est une mère de 5 enfants, 28 ans, vivant dans la commune de Samine, cercle de Ségou. Comme la plupart de ses consœurs vivant en milieu rural, elle connut le poids d’une tradition à dominance patriarcale où la femme, mère et épouse se confine à son rôle de ménagère et de procréation pour perpétuer la lignée et la descendance.

En 2013, lors de son dernier enfant, elle connut les difficultés de délivrance et fait face aux risques obstétricaux ; elle eut la vie sauve grâce aux miracles et l’assistance médicale de proximité. Si elle en vie, tel ne fut le cas pour sa progéniture, qui ne verra plus jamais la lueur du jour.

Le cas de Mariam ressemble à celui de milliers de femmes qui dans l’anonymat souffrent dans leur cœur et dans leur âme et vivent de façon indélébile les séquelles de traumatisme obstétricale.

Faisant suite, aux premières rencontres avec l’ONG PIEAPCD, dans le cadre du projet de Voice en vue de réduire les risques de fistules obstétricale, Mariam Diarra fut l’une des premières, à être candidate pour la conduite de moto-ambulance pour le Centre de Santé Communautaire de Samine.

La conduite des ambulances est un rôle réservé aux seuls hommes ; et, les moto-ambulances sont une nouveauté, du moins dans cette localité où dominent les hommes dans les prises de décisions.

Ce choix confère à Mariam Diarra et à deux de ses consœurs un statut où elles seront mieux valorisées et participeront désormais aux décisions en matière de gestion de référence-évacuation de premier niveau.

Mariam, a renforcé ses compétences dans la compréhension du phénomène, elle sait utiliser la moto-ambulance grâce à un apprentissage avec l’appui de lune autre organisation; elle dispose d’un téléphone et est accessible à toutes les femmes nécessitant une référence dans le Centre de Santé Communautaire.

Elle utilise sa moto-ambulance pour sensibiliser les femmes et les jeunes sur la fistule obstétricale et participe à la recherche des cas pour la prise en charge par l’Hôpital NIANAKORO FOMBA de Ségou.

Femme de ménage, Mariam Diarra est devenue une chauffeuse ou femme fatale et compte désormais dans le dispositif de gestion du Centre de Sante de Samine. Le projet vient de démontrer qu’il est bien possible que les femmes aussi exercent le rôle d’ambulancier et participer effectivement à la réduction de risques obstétricaux et à l’amélioration des soins d’urgences.

Dans son propre mots:

« J’ai déjà été survivante de risques obstétricaux, je sais les souffrances, j’ai été évacué à Ségou, mon enfant n’a pas survécu, j’ai eu la chance d’être en vie, mais je ne pourrais plus avoir d’enfant, les médecins m’ont pratiqué hystérectomie. J’ai une autre chance, je peux aider les autres femmes à aller vite au Centre de Sante en conduisant moi-même la moto-ambulance ; j’ai aussi une motivation liée à ce travail qui me permet de m’occuper de mes enfants. Je me sens plus utile dans ma communauté, je participe aux réunions publiques. »

Mariam Diarra est exemple magnifique de promotion du genre dans le domaine global du transport et plus spécifiquement dans le domaine sectoriel de l’amélioration de l’accessibilité géographique des femmes aux soins de santé.

Dénonciateur

Voice s'engage à fournir un milieu rassurant remplis d'intégrité et de respect pour TOUS les personnes ainsi que pour les ressources financières.

Cliquez ici pour plus d'information sur notre politique et le processus de denonciation
Disclaimer