Voice.Global website

Saisir les Opportunités – Un blog écrit par MCNV

IDAHOT marque la journée internationale contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie (IDAHOT) le 17 mai. IDAHOT célèbre le genre et la diversité sexuelle et s’attaque à la stigmatisation et à la discrimination à l’égard des minorités sexuelles à travers le monde entier. L’exclusion de ces groupes dans des domaines tels que les relations familiales, l’éducation, l’emploi et les services de santé peut nuire aux individus et entraîner des coûts considérables pour la société, comme le démontre le «prix de l’exclusion».

En mai, Anan Bouapha, le fondateur de Proud to be Us, un mouvement de défense des droits des minorités sexuelles au Laos, a contacté MCNV au sujet de l’événement IDAHOT: «je suis si heureux! Il semble que l’ambassade d’Australie est prête à accueillir la journée IDAHOT avec nous dans leurs locaux à Vientiane! Mes collègues MCNV et moi-même avons félicité Anan et poursuivi notre travail comme d’habitude. Nous avons entendu dire que non seulement l’ambassade d’Australie, mais aussi le Bureau de l’ambassade du Canada, l’ambassade britannique, la délégation de l’Union européenne, et l’ambassade des États-Unis en partenariat avec le mouvement Fiers d’être Nous, étaient aussi heureux d’accueillir la réception.

Ce soir-là, tout en somnolant (les nouvelles idées viennent toujours à des moments aussi inattendus), je me suis demandé pourquoi nous n’avions pas examiné la possibilité d’aider a l’organisation de la journée à travers les ressources obtenues à travers Voice. N’était-ce pas une occasion de faire un plaidoyer auprès de Voice qui vise à soutenir les jeunes vulnérables, y compris les minorités sexuelles, pour aider à s’assurer que leurs voix soient entendues via des méthodes de communication créatives telles que le drame fictif. Soutenir IDAHOT n’était pas dans nos plans originaux. Mais nos plans n’étant pas immuables, nous sommes donc allés de l’avant.

Anan a convoqué une réunion et discuté de l’idée de développer une production avec ses pairs. Ensemble, ils ont décidé de développer un drame fictif. Le conseiller technique de MCNV du Vietnam, Tung, a réservé un billet d’avion et a développé un drame fictif avec six jeunes LGTBI qui étaient disposés et capables d’agir. Quand il est arrivé à Vientiane, il a eu la surprise agréable que l’équipe de mouvement LGBTI de fiers d’être nous Laos avait déjà préparé un story-board et avait déjà répété. Ils avaient été en mesure de le faire car ils avaient déjà suivi un cours de formation sur le développement du drame fictif dans le cadre du projet Voice.

Le drame fictif intitulé «l’histoire du Kham» montre les problèmes auxquels sont souvent confrontés les jeunes transgenres dans des domaines comme la scolarisation, l’emploi et les relations sexuelles. Plus de cinquante visiteurs ont assisté à l’événement. Les invités comprenaient des membres du Gouvernement laotien, de la communauté diplomatique, de la société civile et du milieu des affaires. Ils ont tous visualisé la pièce qui avait été enregistré sur support vidéo. Ils ont beaucoup aimé et certains ont dit que c’était la première fois de voir un drame d’ombre au Laos. Ils ont également aimé les messages et la manière créative dans laquelle les messages ont été véhiculés par les acteurs communautaires.

C’était un honneur pour MCNV et Voice de soutenir IDAHOT 2017 et le mouvement Fiers d’être Nous. Nous attendons avec impatience une coopération fructueuse et nous n’hésiterons pas à saisir les occasions qui se présenteront à nouveau.

Inspiré par ce qui précède, Proud To Be Us voulait également développer une vidéo pour montrer la perspective des jeunes lesbiennes au Laos, un groupe encore plus invisible. À cette fin, Forbidden Love a été développé avec la jeune Chichang qui, pour IDAHOT 2018, a écrit une histoire pour partager ses expériences.

Dénonciateur

Voice s'engage à fournir un milieu rassurant remplis d'intégrité et de respect pour TOUS les personnes ainsi que pour les ressources financières.

Cliquez ici pour plus d'information sur notre politique et le processus de denonciation